Programme du Colloque



XVIIIème Colloque de l'Aidelf

Dominic Gagnon Université de Montréal, Canada
Yves Carrière (Université de Montréal, Canada), Yann Décarie (Université du Québec à Montréal, Canada)

Les années potentielles de travail perdues avant l'âge normal de la retraite au Canada, de 1977 à 2014

Résumé:
L'idée de reporter l'âge normal de la retraite au Canada s'inscrit dans un questionnement politique plus large concernant les défis posés par le vieillissement de la population. Dans un souci de contrôler les coûts et de mitiger l'effet du ralentissement de la croissance de la main d'œuvre, certains décideurs proposent de repousser la retraite à 67 ans afin d'assurer la pérennité du Régime de pensions du Canada. L'analyse que nous proposons a pour principal objectif d'estimer l'impact du report de l'âge normal de la retraite au Canada (âge qui donne droit à une prestation de retrait) sur l'âge effectif de la retraite (âge qui correspond au départ à la retraite). Dans un premier temps, nous proposons une nouvelle méthode pour estimer le nombre d'années potentielles de travail perdues (APTP) selon différentes causes. On peut ainsi estimer le nombre d'années potentielles perdues pour des retraites volontaires, mais aussi pour des retraites causées par une mauvaise santé, par une perte d'emploi pour des raisons économiques, ou à cause de la mortalité prématurée. L'analyse des données de l'Enquête sur la Population Active a permis de décrire ainsi l'évolution de l'importance relative de ces différentes causes d'APTP au cours des 40 dernières années au Canada. Les résultats montrent que la tendance à reporter sa retraite se manifeste de façon continue depuis le milieu des années '90, tant chez les hommes que chez les femmes. Par contre, l'abandon du marché du travail se décline différemment d'un sexe à l'autre. Dans un deuxième temps, nous utilisons cette nouvelle méthodologie pour appréhender l'impact d'une mesure visant à repousser à 67 ans l'âge normal de la retraite au Canada. Pour ce faire, différents scénarios de projection de retraites par cause ont été appliqués aux travailleurs âgés. Ces différents scénarios sont tous construits autour d'une hypothèse centrale: seule la probabilité de prendre sa retraite de façon volontaire serait affectée par une telle politique. Bien que cette étude montre que reporter l'âge normal de la retraite de deux années aurait un effet sur l'âge effectif de la retraite, celui-ci pourrait être nettement moins important que l'effet recherché sur la participation au marché du travail et la croissance de la main-d'œuvre. De plus, l'approche utilisée montre que l'impact serait différent selon le sexe. Toutes ces informations sont essentielles pour alimenter la réflexion autour d'un projet éventuel de reporter l'âge normal de la retraite au Canada.

Activités professionnelles et retraite
jeudi 30 aot 2018