Programme du Colloque



XVIIIème Colloque de l'Aidelf

Michel Oris Université de Genève, Suisse
Marie Baeriswyl (Université de Genève, Suisse), Andreas Ihle (Université de Genève, Suisse), Matthias Kliegel (Université de Genève, Suisse)

L'amitié en la vieillesse : une source de bien-être importante mais fragile

Résumé:
Dans cette communication, nous interrogeons le rôle d'une relation sociale en croissance, l'amitié, comme source de bien-être. Nous évaluons dans quelle mesure ce lien électif, reflet de changements sociétaux profonds en termes de désinstitutionalisation et d'individualisation, est source de bien-être à la retraite et jusque dans la grande vieillesse. Nous nous demandons aussi si cette ressource n'est pas un nouveau facteur d'inégalité entre les personnes âgées en raison de sa distribution hétérogène. Plus spécifiquement, nous testons la robustesse du lien entre amitié et bien-être subjectif lorsque l'aîné fait face aux accidents ou aux évolutions de la vie associés à son vieillissement. Un phénomène de double pénalité s'observe-t-il lorsque la fragilisation empêche l'entretien de la relation élective, résultant en un cumul des problèmes de santé et de l'isolement social dont seraient mieux préservés celles et ceux qui ont conservé des liens familiaux « traditionnels » ? Empiriquement, cette présentation est basée sur deux vagues d'enquêtes transversales portant sur les conditions de vie et de santé des personnes âgées réalisées dans deux régions contrastées de Suisse romande, Genève et le Valais, respectivement en 1979 et 2011/12. Dans une première partie, nous résumons les résultats concernant l'évolution au cours des trois dernières décennies de l'amitié comme forme de relation sociale parmi les retraités. Un accroissement dans la proportion de ceux qui ont au moins un ami proche est observé, de même qu'un recul des écarts entre sexes et groupes d'âges, avec en particulier une progression notable de ce lien social parmi les « grands vieillards ». Alors que les théories de l'individualisation et de la postmodernité assument une compétition entre les liens électifs comme l'amitié et les liens familiaux, les deux apparaissent associés. Il en résulte un une polarisation qui est en lien avec l'évolution des structures socioéconomiques et des formes de participation sociale parmi les retraités. Dans une deuxième partie de cette communication, nous présentons des mesures spécifiques. En nous concentrant sur la vague d'enquête 2011/2012, nous analysons systématiquement dans quelle mesure la présence d'un ami proche affecte le bien-être subjectif quand se produisent des accidents de santé, des hospitalisations, des deuils, ainsi qu'en situations de dépression et de fragilité.

Forces et fragilité des liens sociaux
vendredi 31 aot 2018