Programme du Colloque



XVIIIème Colloque de l'Aidelf

Philippe Bocquier UCLouvain, Belgique
Yacouba Compaoré (Centre de recherche en démographie, Université Catholique de Louvain, Belgique)

Mortalité des enfants, migration et relations intergénérationnelles en Afrique sub-saharienne

Résumé:
Contexte : En raison de l'importance des migrations et de la mortalité adulte, les enfants d'Afrique sub-saharienne (ASS) restent très exposés aux changements familiaux au cours de leurs premières années de vie. Peu d'études ont mesuré l'impact de leur migration et de celle de leurs parents, ainsi que des changements de composition du ménage induits de ces migrations et du décès des proches, sur leur chance de survie. En particulier, le rôle des grands-parents et des autres adultes du ménage en cas d'absence des parents est mal connu. Objectifs : Cette première étude exploratoire a pour but de décrire les types de ménages et de relations intergénérationnelles dans lesquels vivent les enfants depuis leur naissance jusqu'à l'âge de 5 ans. Si les données disponibles permettent d'harmoniser la typologie des relations de parenté dans le ménage, alors nous pourrons évaluer l'impact de la composition intergénérationnelle du ménage sur la survie de l'enfant, compte tenu de la survie et de la migration des parents et des frères et s?urs. Données et méthodes : Les données longitudinales utilisées sont issues de près de 25 observatoires de population (HDSS) d'ASS. Elles sont archivées sur la plateforme iShare du réseau INDEPTH. Le traitement des données, assez complexe, consiste à reconstituer les relations de parenté dans le ménage de résidence de chaque enfant de moins de 5 ans à partir des données biographiques de chaque membre du ménage et de leurs liens de parenté. Premiers résultats : Les premiers résultats montrent des effets positifs de la migration des enfants sur leur survie, à l'inverse des effets de la migration sur la survie des adultes. Le décès de la mère, mais aussi des frères et s?urs, augmente les risques de décès, mais pas leur migration. Une procédure de traitement des données de relations intergénérationnelles a été testée avec succès sur les observatoires de Ouagadougou (Burkina Faso) et d'Agincourt (Afrique du Sud). Cependant, en raison d'imprécision dans les données disponibles de certains observatoires, des postulats devront être faits pour identifier le père ou le principal homme responsable de l'enfant. La construction d'une typologie des ménages est en cours notamment pour identifier les grands-parents. Elle sera utilisée pour traiter des données obtenues en septembre 2017 sur plus de 20 autres observatoires en ASS.

Document téléchargé

Relations intergénérationnelles
jeudi 30 aot 2018